Danse sacrée originaire du Sud de l'Inde et reliée au culte des temples, le Bharata-Nâtyam perpétue les canons du Nâtya-Shâstra, traité majeur sur l'Art dramatique, écrit il y a près de 2000 ans. Actrice, la danseuse met en scène les dieux et démons, forces de la nature et animaux fabuleux, tout en incarnant les passions les plus subtiles de l'âme humaine modulées par la flûte et le violon. Le langage des mains permet d'interpréter créativement les poèmes chantés en plusieurs langues. Musicienne, ses clochettes soulignent la précision rythmique de ses frappes de pied et du percussioniste. La danseuse allie grâce et vigueur à la beauté géométrique de ses lignes corporelles.
 
La région de Mysore en Inde du Sud a développé une longue tradition de danseuses aussi bien dans les temples qu'à la cour du maharajah.
Du XI ème au XIII ème siècle, les reines de la dynastie Hoysala étaient d'expertes artistes, telle la célèbre Shantala, dansant dans les temples de Belur, au pied des magnifiques sculptures madanika.
Le répertoire du Bharata-Nâtyam tel qu'il est transmis actuellement dans la majorité des écoles indiennes a été structuré au tout début du XIX ème siècle à la cour du roi Sarfoji II de Tanjore. L'un des quatre fondateurs, Chinnaya, s'installa à Mysore, invité d'honneur du roi Krishnaraja Wadiyar III pour qui il composa de nouveaux varnams et thillanas. Ce style particulier de Bharata-Nâtyam, appelé pandanallur, est encore perpétué à Mysore avec l'enseignement de K. Muralidhar Rao. Il existe également une dernière danseuse de cour, Venkatalakshamma, ayant transmis son art de l'abhinaya à l'université de Mysore dès la fin du règne du dernier maharajah.
 
Né en 1924, K. Muralidhar Rao a reçu l'enseignement de trois célèbres maîtres : Rajan Iyer en Kathakali, théâtre dansé du Kérala, Chokkanlingam Pillaï et Rajaratman en Bharata Nâtyam, Krishnamacarya en yoga. Lorsqu'en 1962 la grande T. Balasaraswati (1918-1985) voit danser sur scène les deux jeunes disciples de K. Muralidhar Rao, elle déclare publiquement : "ce maître vient de repousser encore plus loin les frontières de la Beauté et nous dévoile un nouveau fragment de ce monde". En 1990, l'Ecole Kalakshetra et sa doyenne Chandrabhaga Devi reconnait en K. Muralidhar Rao non seulement le style pandanallur mais une créativité d'une immense richesse et originalité, essentielle à l'avenir de la danse indienne. Bien que ce maître ait refusé de fonder une école pour maintenir la qualité orale de sa transmission, consacrée à quelques disciples, et pour rester loin du monde du spectacle, le gouvernement du Karnataka vient de lui décerner le titre du plus grand maître de Bharata-Nâtyam, le "Shantala Award" et le "Nrithya Kala Shiromani" en 2003 par le Ministre de la culture du Karnataka. Depuis 1985, il a composé pour Manochhaya une centaine de chorégraphies.