Presse 2000 (extraits)

L'ambassade de l'Inde a soutenu l'artiste à plusieurs reprises, lui accordant son patronage pour ses spectacles qui sont esthétiquement et techniquement d'une grande qualité. Il est extrêmement rare qu'un occidental soit capable de maîtriser avec un tel talent et une telle grâce le style classique du Bharata-Nâtyam. En reconnaissance de la qualité de cette artiste, sa dévotion, son habilité, sa connaissance, nous continuons de la soutenir dans son travail dont le but est de susciter une meilleure compréhen- sion et de conserver l'une des formes les plus anciennes de la danse classique indienne dans le monde occidental.
Kanwal Sibal, Ambassadeur de l'Inde.
Paris mai 2000.

 
 

Le nec plus ultra du Bharata-Nâtyam. Manochhaya est française, ce qui ne l'empêche pas d'être l'une des meilleures danseuses de Bharata-Nâtyam aujourd'hui (...) et d'exécuter comme personne les rituels, avec des mouvements aussi physiques et virtuoses que ceux qu'on croyait ne plus pouvoir contempler que sur les reliefs des temples.
Le Figaroscope, Paris avril 2000

Manochhaya a exprimé à la perfection les aspects les plus difficiles et subtils de cette danse sacrée de l'Inde : virtuosité rythmique, précision des lignes sculpturales et richesse des expressions du visage. Le point fort de cette soirée a été l'asthapati (Gita-Govinda) où la danseuse a improvisé à merveille...
La Nouvelle République du Centre-Ouest, Avril 2000

Dans sa danse l'expression de la culture indienne est si authentique et atteind un tel degré d'excellence qu'elle ne laisse transparaître aucun élément étranger.
Prajavani, août 2000

Elle a appris tout ce qui peut faire d'un spectacle du Bharata-Nâtyam une composition raffinée d'une beauté parfaite.
Andolana Eveninger, août 2000

Cette danseuse d'origine française a été reçue avec tous les honneurs par deux grandes institutions de la musique et de la danse, Guru Guha Sanghita Sabha et Yuvasruthy.
The Times of India, août 2000

A la fin du récital de Manochhaya, les connaisseurs érudits ont fait la remarque suivante : "non seulement l'Occident vient de rencontrer l'Orient, mais il l'a élevé de manière sublime jusqu'aux plus hauts sommets de la beauté.
Yuva Shruti Sangitha Sabha Trust, Mysore août 2000

Les deux heures continues de Bharata-Nâtyam ont ravi les connaisseurs : son visage aux traits séduisant était expressif, son jeu d'acteur raffiné, et ses mouvements pleins de vivacité (...) Au cours de ses cinq danses, Manochhaya a reçu l'appréciation et l'approbation chaleureuses des esthètes les plus qualifiés non pas comme une concession mais comme un juste droit. Son haut niveau professionnel et ses qualités esthétiques manifestes lorsqu'elle interpréta les jeux de Balakrishna avec les gopies shabdam), les sentiments de la jeune fille délaissée par son amant (asthapati) et la grâce de sa danse pure (padavarna), tout cela fut extrêmement louable.
The Hindu, S.T. Narayana Rao, août 2000

Les deux heures continues de Bharata-Nâtyam ont ravi les connaisseurs : son visage aux traits séduisant était expressif, son jeu d'acteur raffiné, et ses mouvements pleins de vivacité (...)
Au cours de ses cinq danses, Manochhaya a reçu l'appréciation et l'approbation chaleureuses des esthètes les plus qualifiés non pas comme une concession mais comme un juste droit. Son haut niveau professionnel et ses qualités esthétiques manifestes lorsqu'elle interpréta les jeux de Balakrishna avec les gopies shabdam), les sentiments de la jeune fille délaissée par son amant (asthapati) et la grâce de sa danse pure (padavarna), tout cela fut extrêmement louable.

The Hindu, S.T. Narayana Rao, août 2000

 

Presse 2001-2002 (extraits)

Chaque année en juin, pendant le festival des Musiques sacrées du monde (Maroc), "Les Rencontres de Fès" réunissent des personnalités de diverses provenances géographiques, culturelles et religieuses, pour ouvrir un débat sur la mondialisation et son âme, ce au-delà de toute pensée unique et a priori (...). La conférence et le spectacle de Manochhaya-Katia Légeret relient action et contempla tion, pour que la circulation des biens aient pour but l'intelligence du coeur (...) C'est une économie de l'offrande : offrir chacun de nos gestes et réparer le fantasme de la séparativité qui nous coupe du réel.
Réseau Nors-Sud, Culture et Développement, Bruxelles, 2001

Festival des musiques sacrées, clôture en apothéose (...) cette belle danseuse indienne (photo de Manochhaya sur la scène du Jnan Palace) s'est produite lors du colloque du Festival, sur le thème de la spiritualité.
L'Economiste, Maroc, juin 2001

Festival international "Musique et Images du Monde" à Tours : Manochhaya actuellement au sommet de son art (...), que de virtosité rytmique et de précision dans les figures sculpturales! (...) une prestation exceptionnelle!
Nouvelle République du Centre-Ouest, juillet 2001


Paris, spectacle à l'Auditorium St Germain, le 07 juin :
Manochhaya est une danseuse de Bharata-Nâtyam, danse classique de l'Inde, purement extraordinaire.
Figaroscope, Paris, juin 2001


Paris, spectacle à l'Auditorium St Germain, le 07 juin :
Manochhaya est une danseuse de Bharata-Nâtyam, danse classique de l'Inde, purement extraordinaire.

Figaroscope, Paris, juin 2001


Festival d'arts traditionnels, Centre international des Congrès
Le Vinci : un festival spirituel avec des artistes dont Munadjat Yulchieva d'Ouzbekistan, la troupe Gambuh de Bali, Wang Weiping de Chine et une chorégraphie sacrée de l'Inde du sud dansée par la française Manochhaya (...) faisant découvrir et vivre par la musique, le théâtre, la danse et l'image, la grande tradition qui vient du fond des âges.

Nouvelles Clés, Paris, printemps 2001


Forum Orient-Occident avec Manochhaya, (...) artiste d'une qualité exceptionnelle, qui a fait une belle démonstration du langage gestuel propre au musicien (indien).
La Nouvelle République, mars 2002


Manochhaya, l'Inde dans toute sa grâce.
Initiations, l'Agenda, Bruxelles, 2001

Ce docteur en science de l'art en Sorbonne est une des plus grandes danseuses internationales du Bharata-Nâtyam (...) Ses prouesses techniques les plus impressionnantes sont encore dépassées par le charme et la grâce.
La Nouvelle République, novembre 2002


Un colloque international "Science et quête de sens" s'est déroulé les 19 et 20 avril à l'UNESCO à Paris pour renforcer le dialogue entre les civilisations, entre la science et l'art. (...) Parmi les 120 personnalités sélectionnées par le CTSN de l'Université de Berkeley aux USA, dont l'astrophysicien indien Ramanath Cowsik (...), Manochhaya, qui privilégie dans son répertoire de très anciens rituels cosmogoniques hindous, a été très appréciée de l'assistance.
Nouvelle de l'Inde, Paris, juin 2002

Un colloque international "Science et quête de sens" s'est déroulé les 19 et 20 avril à l'UNESCO à Paris pour renforcer le dialogue entre les civilisations, entre la science et l'art. (...) Parmi les 120 personnalités sélectionnées par le CTSN de l'Université de Berkeley aux USA, dont l'astrophysicien indien Ramanath Cowsik (...), Manochhaya, qui privilégie dans son répertoire de très anciens rituels cosmogoniques hindous, a été très appréciée de l'assistance.
Nouvelle de l'Inde, Paris, juin 2002

Le symbole que Manochhaya-Katia Légeret, docteur en science de l'art, a proposé dans les Rencontres de Fès "Chemins de sagesse", est une danse indienne, dans la cour du patio du ryad Shéhérazad. (...) Avec un sourire serein, (...) elle a montré comment le chemin spirituel est un metissage, un dialogue avec l'Autre et avec soi-même, comment le monde est perçu par le sentiment esthétique qui va au-delà des mots d'une langue et qui permet de comprendre et de vibrer avec l'univers. La mondialisation, dit-elle, a oublié ses racines, les racines du mot monde. En latin, le mot mundus signifie bijou, ornement, parure, ce qui fait la beauté des choses.
La Médina, Maroc, août 2002


Pour la deuxième année consécutive, du premier au 5 juin, en parallèle au Festival des musiques sacrées du monde, ont lieu les deuxièmes Rencontres de Fès (Maroc). (...) Manochhaya, docteur en science de l'art et danseuse de Bharata-Nâtyam reconnue internationa lement, après nous avoir enchanté les yeux et l'âme avec deux danses, nous a invité à réfléchir à la citoyenneté des coeurs.
Les 3 Mondes, septembre 2002

Manochhaya (Katia Légeret) lie cette immersion dans les profondeurs des arts de l'Inde à l'enseignement (...) Elle met en place de nouvelles solutions pour préserver la culture traditionnelle de l'Inde (...) L'âme des gestes : une découverte de la gestuelle énergétique et créative des mudrâ, liée à toutes les pratiques artistiques de l'Inde et du yoga.
L'Eventail, Bruxelles, septembre 2002


En vérité, elle est notre ambassadrice culturelle dans le monde... sa performance tient le premier rang dans l'esprit des connaisseurs.
The Hindu, février 2003